Horloge de l'église St Joseph de Belfort

Choose your
language

Consultez également les sites et pages suivants :

Site officiel de la mairie de Belfort

Mairie de Belfort

Synagogue de Belfort

Chambre de Commerce et d’Industrie de Belfort

Cathédrale Saint Christophe de Belfort

Anciens abattoirs de la ville de Belfort

Patrimoine-Horloge ©   Politique de confidentialité ; Conditions d’utilisation

Haut de Page

Belfort - St Joseph

(Territoire de Belfort - France)

Cette carte postale de 1908 montre une église où  la tour carrée n’existait pas encore.

2008

L’Eglise Saint Joseph 

Quand on est habitué à l’exiguïté des clochers des villages, l’arrivée dans le clocher de saint Joseph laisse une impression de gigantisme, et l’on est écrasé par les superstructures et les hauteurs.

 L’impression est si forte qu’on se demande si l’on arrivera à grimper toutes ces échelles.


En haut, sous la dalle de béton, le sanctuaire des cloches se trouve encore quelques mètres plus loin.

 Là un escalier en colimaçon monte encore sur une dizaine de mètres pour aboutir à une minuscule trappe qui débouche sur le haut de la tour. Tout autour de vous : le vide. Pas de balustrade ; on surplombe la ville de plus de cinquante mètres. C’est un panorama exceptionnel !

 

Plus bas dans la tour, la première chose que l’on remarque avant d’ouvrir l’armoire, ce sont les quatre bras des leviers qui actionnaient les cloches en suivant les taquets du carillon, ainsi que deux bras adjacents (fonction encore inconnue).

L’encombrement total avec l’armoire est d’environ quatre mètres sur un mètre sur environ un mètre soixante de haut.

Il s’agit d’un ensemble complet comprenant l’armoire, et les leviers de fonctions, qui sont scellés au mur.

 Il  s’agit également d’un ensemble unique de pièces d’origine qui a une valeur patrimoniale exceptionnelle.

Notons qu’il s’agit là d’une œuvre d’art et qu’elle doit rester entière, nous nous devons de respecter son intégrité.

L’armoire ouverte montre la complexité des diverses transformations. L’horloge est de facture Ungerer.

 

 On peut constater  l’usure du temps et l’évolution grâce à ces divers éléments :

 Le rajout du contrepoids pour compenser l’usure de  la fourchette.

L’usure du cadran, due aux remises à l’heure effectuées en débrayant et en tournant l’aiguille à la main, au lieu d’utiliser la manivelle qui existe encore.

Les transformations dues à l’électrification, avec ses distributeurs mécaniques, les barres de transmission des mouvements, des contacteurs, des moteurs.

 

Ce qui surprend le plus, c’est surtout cet énorme roue cylindre inhabituelle faite de disques percés, parsemés de taquets dits « etoquiaux » et qui, avec la rotation du tambour, culbutent les leviers qui font tinter les  marteaux installés sur les cloches et jouent ainsi un air prédéfini.

C’est ce genre de carillon, entre autres, que la maison Ungerer construisait d’origine ou rajoutait et aménageait au mécanisme d’une horloge. Le cahier de 1935, n° 135, mentionne une horloge, mais pas de carillon. Omission d’écriture ou rajout au mécanisme? Nous ne le saurons que lorsque nous aurons retrouvé des documents

D'après l'ancien curé, cette horloge à été construite d'origine par Ungerer en remontage automatique. D'ailleurs les moteurs sont en 110 volts. (Référence: Entreprise Prêtre)

 

Saint Joseph possèdait un carillon de quatre cloches, venant après celui de la CCI. Ce dernier fut construit aussi par Ungerer et possède dix cloches [voir la page CCI]. Ces deux horloges carillons sont les seules que j’ai trouvé dans le Territoire de Belfort.

L’église de Saint Christophe de Belfort en avait probablement un aussi, mais celui-ci était manuel. J’ai retrouvé dans les soupentes un ancien clavier en bois tel celui des carillonneurs. (Voir la page St-Christophe)

  

PS  : Quelques mois de démarches n'ont pas suffit à convaincre de la nécessité de sauvegarder ce fleuron du patrimoine horloger du Territoire de Belfort. C'est pourtant une pièce maîtresse d’un ensemble de trente-deux horloges qui seront, à terme, exposées dans les mairie ou églises.


GUILBAUD Gérard

Ensemble des 5 cloches (rectangles blancs)

Les cloches

La voix des cloches !

Annotations des différents intervenants.