Choose your
language

Johannes Stöffler, le mathématicien, physicien et astronome de Tübingen, né en 1452, a commencé la construction de l'horloge astronomique en 1510.


En 1531, les archives brûlent. Des recoupements confirment avec certitude sa participation à sa construction.


L’emplacement actuel de l’oriel au premier étage reçoit cette horloge jusqu'en 1848.

Elle est ensuite déplacée au dessus du troisième étage et fait désormais partie intégrante de la toiture après construction d’un pignon.

La lecture des différentes complications est rendue difficile par son éloignement.


Cette horloge a deux cadrans horaires: un dans la rue à gauche du bâtiment et le grand sur la place.


Ce qui saute aux yeux, c’est que lors de la rénovation des cadrans, cela n’a pas été fait de façon conventionnelle.

Le cadran principal, pour 4h ou 16h, affiche, IIII, et l’autre cadran sur le coté, IV.

Le cadran supérieur renferme les signes du zodiaque (le cadran original de 1511 avec les signes du zodiaque se trouve aujourd’hui au musée municipal)

Un cercle avec 90 cases noires, probablement un calendrier circulaire avec l’ancienne méthode de calcul du cycle des saisons, basé sur 360 jours.


Les anciens calendriers définissaient 4 saisons, elles-mêmes définis par des solstices ou équinoxes.

            A chaque saison il s'est effectué 3 cycles de lunes. A chaque cycle de lune, il y a environ 30 alternances de jours et de nuits.


            Chaque début ou fin de saison correspond à des phénomènes observables: solstice ou équinoxe, 21 juin, 21 décembre, 20 mars, 23 septembre (pour 2011)

            En mettant en relation le cercle des 4 saisons, les cycles de lunes, le nombre de jours et de nuits, on obtient  un cycle de lune.


Ainsi, le nombre de jours dans chaque saison comptait environ 90 jours, d’où probablement ce cadran actuel qui a été recopié comme l’ancien.


Il existe un autre cercle de 32 cases noires, parfois à distances inégales.

Les épactes annuelles sont l'excès de l'année solaire sur l’année lunaire, peut être est-ce l’explication ! Cela se passe sur un cycle de 19 ans. Les mois peuvent avoir 32 jours, mais à quoi cela servirait il présentement à part pour un mathématicien?


Si vous connaissez la réponse à ces questions, contactez nous !

Munissez-vous d’une boite d’aspirine et allez voir ce site…

En 1979, on a installé une horloge maître synchrone avec une horloge à quartz et un carillon, qui joue le "Kopenhagener Rathausschlag" seulement à 9h, 12h, 16h et 18h en raison des protestations des riverains.

C'est grâce à deux amateurs d'horloge d'Ulm et de Tübingen que l’horloge a repris vie et fonctionne sans défaillance.

Gérard Guilbaud

Références :


- Horloges monumentales et astronomiques les plus remarquables d'Alfred Ungerer, 1931 

- http://alembert.fr/

Tourist-Information

Verkehrsverein Tübingen an der Neckarbrücke 1 

72072 Tübingen


Tél: (0049) - 7071 – 91360 

Fax: (0049) - 7071 – 35070 


Email : mail@tuebingen-info.de

Merci au personnel de l’office du tourisme pour sa disponibilité et la documentation fournie 

Tübingen

(Allemagne)

L'axe des noeuds lunaires est comparé à un dragon, dont la tête est le Nord et la queue le Sud.


 Les Noeuds de la Lune sont des points fictifs, qu'on trouve à l'intersection de l'écliptique (mouvement apparent du Soleil autour de la Terre) et de l'orbite de la Lune.


La tête de l'aiguille du dragon montre le noeud ascendant (nord), la queue, le noeud descendant de l'orbite lunaire (sud). Cette aiguille montre le mouvement rétrograde de la ligne des noeuds autour de la Terre et permet de connaître les moments des éclipses par la superposition des aiguilles du soleil, de la lune et du dragon.

Patrimoine-Horloge ©   Politique de confidentialité ; Conditions d’utilisation

Haut de Page